Contes, mythes et légendes,
"Manifestation vivante de la Vie Unique",
dits par Régor au gré de la Vouivre

ContesBaton.JPG
 
 
Lorsque les hommes n’obéirent plus aux désirs de leur cœur mais à ceux de leur corps, les dieux furent effrayés par les conséquences horribles qui en découlèrent, guerres entre tribus et entre nations, massacres des animaux et destruction de la nature. Ils se réunirent tous autour du Dieu des dieux et tinrent conseil. Certes, cette ancienne légende hindoue, dans laquelle Brahmâ est le Maître des dieux, est maintenant très connue, mais son rappel est essentiel. 
 



LA DIVINITÉ DE L’HOMME

 
 
Dans les premiers temps de la terre, les hommes étaient semblables aux dieux. C’était l’ancien Age d’Or dont nous avons perdu la souvenance et gardons la nostalgie. Or il advint que les hommes de ce temps abusèrent de leurs pouvoirs ; ils rompirent l’harmonie qui existait depuis le début des temps avec les autres règnes, ceux des minéraux, des végétaux et des animaux, qu’ils se mirent à détruire et à exploiter sans vergogne. Ils se coupèrent des autres dieux pour n’en faire qu’à leur tête.
 
Alors, le Maître des dieux jugea qu’il était nécessaire d’ôter aux hommes leurs pouvoirs divins et de les cacher à leurs propres yeux, pour qu’ils reprennent conscience d’eux-mêmes, de leur origine et retrouvent celle-ci au temps venu.
Il convoqua l’assemblée de tous les dieux, à l’exclusion des hommes. Un débat s’ensuivit pour savoir dans quel endroit inaccessible cacher à l’homme sa propre divinité.
 
- Ne pourrait-on pas, dit l’un d’eux, la cacher au sommet de Hyma-Laya, là où l’oxygène est si rare que l’homme ne peut y respirer ?
- Tôt ou tard, dit le Maître des dieux, l’homme arrivera à escalader les plus hautes montagnes, il est hardi et téméraire. 
- Ne pourrait-on pas, dit un second, cacher la divinité de l’homme dans une île glacée, perdue au milieu de l’océan le plus dangereux ?
- Tôt ou tard, dit le Maître des dieux, l’homme intrépide réussira à franchir cet océan. 
 
- Alors, dit un autre, pourquoi ne pas la cacher au fond même des océans, dans les abysses, là où l’homme ne peut s’aventurer puisqu’il ne peut vivre sous la mer ?

- Tôt ou tard, l’homme réussira à atteindre le fond des mers car il est inventif et ingénieux, répliqua le Maître des dieux. 
Un quatrième suggéra que l’on cachât la divinité de l’homme dans les plus lointaines étoiles inaccessibles.
 
Chacun des dieux proposait une solution, mais toutes parurent également inadaptées tant l’audace, la ruse, l’esprit inventif et l’intelligence de l’homme sont grands. Les dieux finirent par constater qu’ils ne voyaient vraiment pas où cacher la divinité de l’homme sans que celui-ci puisse un jour prochain la retrouver.
 
Le Maître des dieux dit alors :
- Nous la cacherons donc au plus profond  de lui-même, car c’est le seul endroit où il ne pensera jamais à la chercher. 
 
C’est depuis ce temps que les hommes escaladent les plus hautes montagnes, explorent les fonds des mers, volent dans les airs, voyagent jusqu’à la lune, entreprennent de se rendre sur les autres planètes, explorent le cosmos à la recherche de ce qui est enfoui au Cœur du Cœur de leur cœur !


 
&&&
 
 
Beaucoup ignorent encore que chaque homme possède au tréfonds de lui un germe divin d’immortalité qui étouffe et meurt sous les conditionnements aberrants de nos sociétés marchandes. Il est caché à nos propres yeux pour, en quelque sorte, limiter les dégâts ! Car il est d’une puissance incommensurable. 
Notre divinité est enfouie au Cœur du Cœur de notre cœur ! Pour notre protection ! Ce Cœur n’a rien à voir avec le cœur sentimental qui porte aux bons sentiments, à l’illusoire des amours humains. Cette divinité, ce n’est pas dans le psychologique, encore superficiel, qu’elle se trouve ! Ni dans l’inconscient freudien ou autre, qui n’est tel que parce qu’encore non parvenu à la conscience ! Cela, c’est encore le superficiel !
Il faut descendre dans les entrailles de sa propre terre pour y trouver la perle d’immortalité... Certes, cela a été rabâché ! C’est écrit  et enseigné partout… Mais le vivons-nous, l’incarnons-nous?
Bien voir aussi que les « dieux », tout comme les « anges » d’ailleurs, sont les énergies vivantes issues de l’Unique Energie qui crée et manifeste toutes choses.

 


&&&
 

 



Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement